Le tamawak !!

Écrit le 31 août 2009 - 6 commentaires Auparavant »

Cette nuit, j’arrive pas à dormir, l’autre Tchèque fait plein de bruit, tant avec son nez qu’avec ses orteils, pendant qu’il dort. Grrrr. Alors je rallume mon ordi et l’éteins peu après 4h, plutôt fatigué. Quelque quatre heures plus tard, quand mon réveil sonne, j’émerge lentement et vois le titre d’une chanson affichée sur l’écran de mon ordi, mais j’attends, j’attends, j’attends et l’intro n’en finit pas. Merde, c’est pas la bonne chanson ? Pourquoi c’est elle qui est affichée ? Rhô ! « Ohayô ! » Bah tiens, v’la t’y pas l’autre qui se ramène. « Hm » lui réponds-je. Je l’avais même pas entendu se lever ce matin, ou alors je me suis empressé de l’oublier, ou c’était trop rapide pour que je m’en souvienne, aucune idée.

Je me raffale sur mon lit et vers 8h40 Karel revient dans la chambre et redit « Ohayô ! » Mais putain tu vas la fermer, oui ?! Je hais ce « Ohayô » dit comme ça, graaaaah !! « Argh, ze skool bigins in seurtin minits, aï ouill nèvœr gét zere in time ! » Et moi de me retourner dans mon lit en disant « I will ». J’aurais pu, réellement, mais je m’en foutais un peu. Alors j’ai pris mon temps, je voulais pas aller avec lui en cours, donc je l’ai laissé partir. Je me suis pas pressé et je suis arrivé moins de dix minutes en retard, pendant le contrôle du vocabulaire. Tout le monde – même la dynamique Miyuki-sensei – a la tête dans le cul, des méga-cernes et envie d’aller se coucher. Il y a plusieurs absents, tout ça. On fait rien de particulier d’abord, et une fois que tout le monde est réveillé on fait un truc que je mets un temps fou à saisir : quand quelqu’un fait quelque chose pour soi, il y a un verbe particulier à utiliser. De Dieu… La pause déjeuner est la bienvenue, et juste avant de dire « Yasumimashô ! » la prof avait parlé d’un resto de udon, des pâtes spéciales. 300¥ seulement, qu’elle dit. Je propose à Daniel d’y aller, elle nous dit où c’est, on se perd, on demande deux fois et on trouve, il y a déjà des gens de Yamasa, c’est sympa.

On comprend rien à la carte, il y a des soba et des udon, du chaud, du froid, et au final je prends des soba et Daniel des udon. Les udon sont très épaisses, farineuses, alors que les soba sont très fines, couleur sarrasin, et sans grand goût en elles-mêmes. Elles sont présentées dans un très grand bol, dans plein d’eau, avec des légumes et une mini tranche de naruto, un poisson rose et blanc. C’était bien bon, et à la fin j’ai bu les quelques 300cl de bouillon qui restait. Daniel me dit que normalement on le boit pas, il ne sert qu’à accompagner les pâtes et les légumes, et que ça déclenche facilement des diarrhées. « Pas de problème alors ! » Franchement, c’est bien meilleur que tout ce qu’on peut avoir à Domy pour 300¥, dommage que j’aie pas découvert ce magasin avant, il est tout près en plus. Et c’est vraiment pas cher.

En revenant, l’après-midi, c’est Itô-sensei qui fait cours. On est encore plus endormis que le matin, comateux presque, et elle fait son cours en continuant sur ce fameux verbe pendant deux heures. Je suis entouré de Taïwanais et on parle vite fait des ressemblances dans les noms. Par exemple Flora-san, son véritable nom est super proche de « champignon ». Mais pour Daniel il est plus proche de « chevelure »… Ces Québécois, j’vous jure ! Bref on se marre, et je découvre la particularité des yeux de Kyari-san : elle a des yeux de serpent. Ils rebiquent à l’intérieur, en plus ils sont bridés, c’est tout à fait étrange. Puis lorsque je propose à Flora-san d’aller avec moi à Aeon pendant un exercice (je ne faisais que lire, la réponse était à imaginer), elle me dit « Non, parce que je te déteste ». Ah. En effet, depuis qu’elle sait que je sors avec Hazel, elle est super distante, elle ne me parle plus ni rien. Moi je m’en fous, mais bon c’est juste con. Cet après-midi elle s’amusait à tracer une ligne entre elle et moi sur le bureau, à la gomme, pour délimiter le territoire de chacun… childish. M’en fous, je m’amusais avec Kyari-san, mais même.

En sortant des cours arrive Miyuki-sensei, pour rendre des devoirs corrigés, et après elle me parle en français, que plus châtié tu meurs. Je sais plus exactement, mais elle me demandait en gros si je connaissais un endroit à Paris pour apprendre le français. Je sais pas si c’est parce que les Japonais sont super polis ou quoi, mais si encore maintenant ils apprennent ce genre de phrase hyper lahé, il faudrait peut-être leur dire qu’on n’utilise presque jamais de langage aussi pompeux que « pourriez-vous » par exemple. Ensuite on parle en japonais un peu, elle est vraiment excellente. Faudra que je lui propose de rester en contact par mail si elle veut apprendre un peu de français de temps en temps.

Après ça je sors, pas de Yamada-san. Ouf. J’avais zappé mon plan de courage (du verbe courir, « course » si vous préférez) au cas où il était là, pas envie de mentir pour ne pas le voir. Pis j’avais pas vraiment de chemin de fuite possible par là où j’étais sorti. Bref je vais au « Garage Sale » pour tenter de trouver des omiyage (souvenirs) pas chers et emmenables sachant que j’ai plus de place. Il y a plein de trucs dedans, mais vraiment plein de trucs, de l’occasion pour la plupart mais un peu de neuf aussi. Je regarde vite fait les DvD, le premier sur lequel je tombe est un film porno, super… pareil, à l’autre bout du magasin, je regarde vaguement les fringues, les montres, les pompes, et bam, un vibromasseur. Ah ? Bon, pourquoi pas en même temps. Enfin bref, je trouve rien qui me convienne et je me prends juste une petite tortue à 21¥ toute mignonne, elle ira bien à côté de la Turque, hors de l’UE, mwahaha. Quel diabolique personne je fais. D’ailleurs j’ai appris un mot pour dire pire que « mauvais », à savoir hidoi, pratique.

En rentrant je bois un peu de Fanta au raisin (décidément ils ont pas le même raisin que nous), et je vois Hazel sur MSN. Puis vers 17h30 je vais faire une sieste, et ce jusqu’à 23h30. Youhou ! J’ai une traduction longue à faire, mon spitche à traduire en japonais, trois pages de devoirs à faire (je les ferai pas, je vais juste lire), un repas à manger diverses choses. Je sens que la journée de demain va être difficile…

Auparavant »

Copyright © 2017 日本で三つに縛った変な髪形. Tous droits réservés.
Thème par Lorelei Web Design.